Inscrivez-vous pour la recevoir :

La rainetteSaison théâtraleClick en Villeneuvois
Accueil > Culture et Evénements > Musée de Gajac > Avignon Varda Vilar, le théâtre à ciel ouvert

Avignon Varda Vilar, le théâtre à ciel ouvert

Exposition du 21 novembre 2020 au 11 avril 2021

“Le ciel, la nuit, le texte, le peuple, la fête.” En cinq mots, Jean Vilar livre les clés du Festival, alors même qu’il n’est qu’en rêve ébauché.
Au commencement il n’y avait rien, des pierres saintes, une ville ensommeillée, un homme seul, avec un idéal sans asile.
Paris n’avait pas voulu d’un grand théâtre populaire, il fallait l’inventer ailleurs, le faire surgir dans les ruines d’un palais, en pleine reconstruction d’un pays meurtri.“  (1)

Olivier Py

Le Musée de Gajac s’investit dans un projet singulier : retracer l’histoire de la création du festival d’Avignon dans un bel hommage à la cinéaste Agnès Varda, disparue il y a un an.
En septembre 1947, en Avignon, la programmation d’une exposition de peinture, de concerts, de trois créations dramatiques dirigées par Jean Vilar, marque la naissance du festival.
Dès 1948, Jean Vilar propose à Agnès Varda de faire les photographies des spectacles, elle devient dès lors et jusqu’en 1959,la photographe officielle du festival et du TNP de Chaillot (Théâtre National Populaire).
Loin des scènes parisiennes aux espaces confinés et installées dans la routine, Vilar va démontrer dans les ruines d’un palais que la décentralisation génère un nouveau théâtre pour un nouveau public. Dès 1947, il provoque, prend des risques sur le fond et la forme… une programmation paradoxale et une mise en scène insolite. La révolution théâtrale est en marche : le plein air, la nuit, la confrontation avec d’autres formes artistiques… tous les grands noms du spectacle vivant vont y défiler.
Agnès Varda, photographe, va participer par ses portraits devenus emblématiques de Maria Casarès, Gérard Philipe, Jeanne Moreau, Philippe Noiret…, à la légendaire période Vilar.
Le Musée de Gajac de Villeneuve-sur-Lot a confié à Julia Fabry, qui a travaillé aux côtés d’Agnès Varda pendant douze ans pour l’élaboration de ses projets artistiques, le commissariat de l’exposition.
L’exposition retrace cette formidable aventure grâce à une quarantaine de photographies prêtées par la Succession Varda (Rosalie Varda Demy – Mathieu Demy), de costumes de scène, de dessins préparatoires et d’affiches issus des collections de la Maison Jean Vilar.
Dès ses premières photographies, Agnès Varda fait preuve d'une grande liberté. "Elle déplace les acteurs en-dehors de la scène, en pleine nature. Elle immortalise un Gérard Philipe en mouvement, devant un immense arbre près du Palais des Papes, ce qui confère une grande modernité et une certaine étrangeté à cette image devenue iconique. Il y a presque un aspect impressionniste dans sa vision, beaucoup de personnalité dans ses choix de mise en scène et de cadrage", analyse Julia Fabry.

« Le choix de ce commissariat sur mesure pour le Musée de Gajac était de mettre à jour la volonté d’ouverture de Jean Vilar. C’est pourquoi nous avons intitulé l’exposition : Le Théâtre à ciel ouvert.
Un théâtre joué certes en extérieur, dans la cour d’honneur du Palais des Papes d’Avignon mais aussi et surtout un art accessible au peuple, tourné vers le monde, vers l’autre, … ».

La jeune Agnès, aux premières loges, assiste à la révolution théâtrale d'après-guerre, avec des pièces jouées en plein air, de nuit, se confrontant à d’autres formes artistiques et "à un public plus large qui amorce la démocratisation". Avec Jean Vilar, Agnès Varda, qui cultivait les contrastes et autres paradoxes, partageait le goût d'un art exigeant mais accessible, pour "atteindre le plus grand nombre,"
1) In Histoire du Festival d’Avignon, Emmanuelle Loyer, Antoine de Baecque, Edition 2016, Gallimard - Préface, Olivier Py (actuel directeur du Festival d’Avignon)

Dernière modification : mercredi 21 octobre 2020