Saison culturelle 2016 2017



    Inscrivez-vous pour la recevoir :

    La rainetteSaison thtraleAchetez en Villeneuvois
    Accueil > Divers > Saison culturelle 2016 2017 > LE SOUPER

    LE SOUPER

    Avec Patrick Chesnais, François Marthouret

    Dimanche 9 octobre

    16h au Théâtre Georges-Leygues
    Tout public
    Durée : 1h45
    Tarif :

    THÉÂTRE

    Pascal Legros Productions en accord avec le Théâtre de la Madeleine et DBP, présente  une pièce de Jean-Claude Brisville
    Mise en scène de Daniel Benoin
    Avec Patrick Chesnais, François Marthouret et deux autres comédiens (distribution en cours)
    Photo : Pascal Ito

    Patrick Chesnais et François Marthouret s’affrontent au sommet dans un duel verbal qui éclaire notre temps.

    Le Souper à Villeneuve-sur-Lot le 9 octobre 2016Après la défaite de Waterloo et l’exil de Napoléon, Wellington et ses troupes sont dans Paris. La révolte gronde. Qui va gouverner le pays ? Le 6 juillet 1815 au soir, les « faiseurs de rois » Fouché et Talleyrand se retrouvent lors d’un souper, pour décider du régime à donner à la France. Si le premier souhaite une République, le second envisage le retour des Bourbons. Aucun des deux ne peut agir sans l’autre.

    Sans céder au manichéisme ni à l’aspect scolaire du face-à-face, Jean-Claude Brisville imagine cette conversation décisive et met en scène la lutte pour le pouvoir et les honneurs de deux hommes puissants qui se détestent, se livrent tour à tour, mais que les circonstances historiques condamnent à s’entendre sous peine de disparaître.

    Deux siècles se sont écoulés et, cependant, leur souper est toujours d’actualité tant du point de vue du questionnement sur l’avenir de la France que de l’affrontement politique. Toutefois, les enjeux du Souper ne doivent pas être entendus dans leur seul cadre historique mais compris comme une extraordinaire autopsie de l’art de la négociation. Celle-ci est au cœur de nos existences et c’est le thème essentiel du Souper. La dispute entre deux prestigieux protagonistes est aussi une figure de style que l’écriture théâtrale, si elle est servie par un véritable auteur, est la mieux à même de défendre.

    « Le Souper n’a pas refroidi ! On entend bien ce texte malin, truffé d’aphorismes et de bons mots qui dit la fièvre du pouvoir. Cette joute machiavélique entre le royaliste par défaut et le républicain fatigué est habilement orchestré par Daniel Benoin. L’urgence de ce Souper, huis-clos de la dernière chance, est ainsi soulignée. »
    Les Échos

    www.plegros.com

    Dernière modification : mardi 30 août 2016