Ville et commerçant : main dans la main
En savoir
plus ...
Le leitmotiv est clair : Villeneuve doit se démarquer par ses atouts, toute l’année. La municip

J'aime mon commerce, je le soutiens !
En savoir
plus ...
Touchés de plein fouet par la crise sanitaire, les commerces sont directement impactés et leur act


Inscrivez-vous pour la recevoir :

Saison théâtraleClick en Villeneuvois
Accueil > Vie économique > Nouveaux commerces

Nouveaux commerces

Chaque mois, de nouveaux commerces ouvrent leurs portes à Villeneuve. A leur tête, des chefs d’entreprises qui se développent pour certains, se lancent pour d’autres, ou se reconvertissent. Tous ont en commun cette envie d’entreprendre et d’apporter du service de proximité. Petit aperçu des dernières ouvertures


La Parenthèse

1, rue de Pujols

Niché sur la rive gauche, au bout du Pont des Cieutat, un petit salon gourmand mérite une escale. Si le lieu n’est pas nouveau, il vient de changer de capitaine et c’est Gaëlle Le Maître qui en a pris la barre. Et ça, ça change tout. Elle y propose une large gamme de thés bien sûr, des grands crus de café parmi les plus rares, mais aussi smoothies, jus bio et boissons gourmandes. À midi, aux cotés de la « soupette » de saison, on peut y déguster de la petite restauration faite maison (quiche, tartes, cakes) et pour la fringale de l’après-midi, crêpes, muffins et autres pâtisseries -dont certaines sans gluten et sans lactose- pour se bichonner les papilles.
Car le bien-être, ça n’a pas de prix pour Gaëlle. Et celui que l’on ressent sur sa terrasse en aplomb du Lot, avec une vue incroyable sur le patrimoine de la rive droite, n’en est qu’un des aspects. Dans son petit établissement baigné de lumière, elle a disposé des fauteuils cocooning, propose quelques bouquins et des jeux de société, expose des artistes locaux pour créer une ambiance, des rencontres chaleureuses et des éclats de rire. Ce lieu, c’est un peu elle-même. Car Gaëlle, c’est la bonne humeur incarnée.
Si dans une autre vie, elle a connu de très diverses expériences professionnelles, passant des pompes funèbres à l’élevage de chihuahuas ou à la photographie scolaire, c’est qu’elle ne s’interdit rien. Elle a fini par comprendre qu’au lieu de chercher sa voie, mieux valait chercher son équilibre. Elle l’a enfin trouvé, dans la gourmandise et l’accueil.
La dame du bout du pont ouvre le mardi, mercredi et samedi (jours de marché) à 8h30 à 19h. Jeudi et vendredi de 11h à 19h. Sur place et à emporter.

1, rue de Pujols, 06 89 22 77 47 Facebook salon de thé La Parenthèse


La Grange des créateurs

3, rue Sainte-Catherine

Ils ont de l'or dans les mains. Quinze créateurs, principalement du Grand Villeneuvois, ont réuni leurs talents pour proposer à tous, en un lieu unique, le fruit de leur travail. Habituellement rassemblés pour les fêtes, dans des locaux vacants du cœur de ville, ils passent à la vitesse supérieure et viennent d'aménager, durablement cette fois, sur le parvis de Sainte-Catherine.
Qui dit quinze créateurs dit quinze domaines artistiques. On y trouve donc des pièces aussi originales que variées : bijoux, sculptures en béton, sacs,accessoiresen tissus, bois tourné, savons bio, créations florales, articles « zéro déchet », céramiques, mobilier relooké, bougies, objets déco en métal ou bois flotté, sans oublier du miel d’ici.
Bref, une boutique joliment aménagée qui propose un joyeux méli-mélo de propositions,tout aussi insolites qu’accessibles. Car chacun se fait fort de proposer des tarifs mesurés, pour tous les budgets, toute l’année.
À l’initiative de cette installation : l’association Bulles de Créateurs qui œuvre depuis six ans, àla diffusiondu « fait main », made in France, et entend accueillir, régulièrement, de nouveaux exposants.
Ouvert du mardi au samedi de 10h à 13h et de 14h à 18h – (le samedi dès 9h). En décembre, horaires élargis, dimanche compris.

Sur Facebook et Instagram


Grillades avenue

4, avenue du Maréchal Leclerc

Le fumet des viandes grillées titille les narines dès l’entrée. Dans la cuisine ouverte sur la salle, les cuistots s’activent. L’œil partout et le sourire aux lèvres, Anouar El Azizi est heureux. À 27 ans, cet enfant de Villeneuve, que le poste de directeur itinérant pour une grande enseigne a éloigné de la Bastide quelques années, a trouvé son équilibre. « Je suis né ici, j’ai joué au rugby à XIII ici, on m’a offert un emploi ici : je veux rendre à ma ville tout ce qu’elle m’a apportée ». Et c’est justement alors qu’il était loin de la Bastide et qu’il déjeunait toujours à l’extérieur, qu’Anouar a trouvé un concept pour évoluer à son compte et, surtout, se démarquer : une cuisine rapide face aux clients « parce qu’on n’a rien à cacher », et de la grillade au feu de bois pour le goût, la qualité et l’authenticité : brochettes de kefta, de poulet, merguez douce, voisinent sur la carte avec entrecôtes, côtelettes et magrets de canard. Uniquement des produits frais issus de producteurs locaux, sans oublier les bricks et les frites maison, et toute une série de burgers, à déguster sur place, à emporter ou livrés.
Désireux de mettre sa capacité de travail et son exigence de qualité au service de ses clients, il l’assure : « Je suis un petit jeune qui veut faire quelque chose de sa vie, dans sa ville ». Mais pas seulement. Anouar, qui a déjà déposé sa marque voit plus loin et envisage de créer, pourquoi pas, une chaîne Grillades avenue…  
Pour l’heure, Anouar a déjà recruté deux cuisiniers. Il est même à la recherche d’un apprenti…

Grillades avenue est ouvert 7j/7 de 11h15 à 14h et de 18h à 22h30. Dimanche et lundi : uniquement le soir. 05 53 36 78 74


Boutique éphémère : Sylvie au naturel

37, rue Sainte-Catherine


Sylvie Luis est un papillon. Au gré de ses rencontres et de ses coups de cœur, elle se pose ou s’envole plus loin, toujours en quête de bonheurs simples, comme elle. Et c’est au 37 de la rue Sainte-Catherine, dans l’ancien local de la “Botte rouge” qu’elle vient de replier ses ailes, le temps des fêtes, dans sa boutique éphémère louée pour deux mois.

D’ordinaire présente sur les foires, les salons, les marchés et même les campings en été, Sylvie a opté pour un vrai toit, abritant tout ce qu’elle aime. Et elle aime beaucoup de choses. Les bougies, les huiles essentielles, les produits de beauté bio, les parfums, mais aussi les bijoux, les bolas de grossesse, les ponchos en laine, les suspensions, les objets en liège, bref, tout ce qui fait palpiter son quotidien, à des prix très doux. Car cette maman de trois enfants sait ce qu’est un budget serré. Ses tarifs oscillent donc de 1,50 € à 36 € pour permettre à tous de faire (et se faire) plaisir.

Depuis son petit atelier de création de décoration, installé à l’étage, elle propose même la livraison gratuite à partir de 35€ d’achat. Encouragée après ses premiers jours d’ouverture, Sylvie envisage déjà de revenir au même endroit, peut-être entre mai et juin, pour la fête des mères et des pères…

En novembre, la boutique est ouverte le mardi de 10h à 17h30, le mercredi de 15h à 19h, du jeudi au samedi de 10h à 19h non-stop. En décembre, tous les jours, sauf lundi matin. Sylvie Au Naturel est aussi sur facebook et Instagram.


Maroquinerie-chapellerie Villeneuvoise

35, rue Sainte-Catherine

Valérie Desplat a les yeux qui pétillent. Depuis ce matin, sa nouvelle boutique ne désemplit pas. Les commerçants voisins se relaient pour lui souhaiter la bienvenue dans la Bastide. Voilà de quoi donner de l’énergie à cette dynamique casseneuilloise qui n’en manque pourtant pas.
Car le commerce, c’est toute sa vie. Et ce projet lui tenait particulièrement à cœur : ouvrir une maroquinerie, chapellerie, bagagerie et accessoires en lieu et place de la maison Cassagne. « C’est une fierté de repartir sur les pas de quelqu’un qui a tant marqué, et j’espère que les gens auront autant de plaisir à venir chez moi qu’ils en avaient à venir chez lui ».
Dans son beau magasin de 120 m2, Valérie a tout changé : les couleurs, les espaces, le mobilier pour en faire un endroit lumineux et très chaleureux, et les collections qu’elle a étoffées avec de nouvelles marques françaises comme Mac Douglas, Lancaster et Mac Alyster, pour commencer. Elle a aussi ajouté foulards, ceintures, bretelles, bonnets, sacs à dos Eastpak et Cabaïa… Tout un univers dans lequel elle évolue avec plaisir et un vrai sens du contact, elle qui, par le passé, a été gérante de plusieurs instituts de beauté, de Fumel à Casseneuil, en passant par Marmande et Saint-Sylvestre.
Fonceuse, déterminée et positive, avec l’éclat de rire facile, Valérie Desplat mène un projet plus ambitieux pour Villeneuve : racheter l’immeuble en angle qui l’abrite pour y créer du logement en plein cœur de ville. « Rien n’est impossible quand on est soutenu par sa famille, par ses clients, par l’envie d’avancer : c’est ça le bonheur, avec un petit grain de folie ». On ajoutera le bon goût et le savoir-faire en prime.
Maroquinerie-chapellerie Villeneuvoise est ouverte du mardi au jeudi de 9h30 à 12h et de 14h30 à 19h. Vendredi et samedi : journée continue.

05 53 71 93 31
Sur Facebook et Instagram.


Un manager pour le commerce

L’agglomération vient de recruter son manager de commerce. Il s’agit du Villeneuvois Pierre-Marie Combettes. Sa mission : œuvrer pour l’attractivité commerciale de la Bastide, mais aussi des bourgs de Sainte-Livrade, Casseneuil et Laroque-Timbaut.

Il a pris ses fonctions cette semaine, mais son visage sera familier à beaucoup. Né à Villeneuve-sur-Lot il y a 35 ans, Pierre-Marie Combettes y a déroulé une partie de sa carrière. Jeune diplômé en Commerce, il a su évoluer rapidement de vendeur à responsable de magasin. Une fonction qu’il a exercée pour une grande enseigne de jouets implantée localement puis dans plusieurs départements, avant de rejoindre l’un des leaders du déstockage d’invendus, qui en a même fait son animateur régional.  
Mais l’homme n’a pas les deux pieds dans le même sabot, et son sens de l’entreprise l’a emmené à rejoindre, en cogérance, une affaire familiale dans la restauration. Cette aventure durera deux ans, avant de reprendre la responsabilité d’un rayon spécialisé dans la grande distribution. C’est cette double facette qui a séduit l’Agglo, désireuse de s’entourer d’une personne disposant d’une connaissance concrète du commerce, sous ses divers aspects.  
Parmi ses missions, il devra notamment développer un plan d’actions en faveur du commerce du cœur de ville de Villeneuve-sur-Lot et des bourgs des principales communes de l’agglo, accompagner les porteurs de projets privés, développer et renforcer les partenariats avec les entreprises ; une tâche d’endurance qui n’effraie pas ce Villeneuvois tout-terrain, déjà grand amateur de trail.


Tables et auberges de France

Belle récolte pour Villeneuve

Il n’est pas passé inaperçu avec sa veste de cuisine immaculée, brodée d’une toque à l’enseigne tricolore… Christophe Stuber, critique culinaire et manager général des critiques gastronomiques du Label Tables et Auberges de France, a fait un retour remarqué en terres villeneuvoises, deux mois après son premier passage.  Et cette fois-ci encore, la récolte est belle. Deux restaurants de la Bastide ont été labélisés après un arrêt gourmand du chef dans leur établissement : il s’agit de Ze Cuiz’in, sur le parvis de l’église Sainte-Catherine et le Terminus, situé sur l’avenue Foch, face à l’ancienne gare, tous deux honorés dans la catégorie « brasserie gourmande ».
Mais l’objectif de la démarche, en plus de valoriser la gastronomie du terroir, est aussi de promouvoir les talents d’artisans ou de producteurs. C’est ainsi qu’Éric Jayant, de la célèbre charcuterie Au petit Cochon sur l’avenue de Fumel, s’est vu remettre la précieuse plaque, de même que Roucadil, la Maison des Pruneaux de la place de la Libération, honorée dans la catégorie « artisan-chocolatier ».  
Sous le charme de la Bastide, et persuadé qu’il y a encore des pépites à révéler sur le territoire, Christophe Stuber a déjà annoncé son retour en octobre…


Dans son périple gourmand, l’expert s’est à nouveau arrêté à Sainte-Livrade, sur les terres de la « chef nomade » Patricia Richer déjà labellisée et première également à avoir reçu la récompense de « cheffe à domicile en gastronomie ». Et c’est à Piquessouque qu’il a fait halte, chez Bayol & fils, là où la prune est reine et dont le pétillant de pruneaux l’a séduit. Enfin, à Allez-et-Cazeneuve, Christophe et Séverine Latour, représentant toute une communauté de maraîchers, ont décroché leur titre, eux dont les fruits et légumes se retrouvent sur les plus grandes tables parisiennes et internationales. Christophe Stuber a également récompensé le boulanger-pâtissier Rémy Guilhem, de la Maison Guilhem installé aux Portes de Pujols, Le Stelsia pour l’hôtel, mais aussi le restaurant (catégorie bistronomie).

À savoir : Tables et Auberges de France, structure à but non lucratif, bénéficie de la reconnaissance officielle de l’État avec son agrément « Qualité tourisme », qu’il accorde… ou pas.


Etam change de trottoir…

Ça bouge en centre-ville ! La boutique Etam a choisi de prendre ses aises et déménager au 21-23 de la rue de Paris, celle-là même qu’elle occupait jusqu’à présent, mais au n°6. Aux manettes, on retrouve l’incontournable business woman Patricia Gonzalez. Et pour son magasin spécialisé dans la lingerie féminine, la Villeneuvoise qui a l’habitude de faire dans la dentelle, a opté pour un bel espace, plus lumineux et beaucoup plus spacieux. Sur 120 m2, il affiche fièrement le tout nouveau concept de la marque, développé seulement dans trois boutiques en France : une palette de teintes épurées et douces –blanc, bois et cuivre- avec des matériaux recyclables ou recyclés, pour accompagner les nouvelles collections éco-responsables.
Élisa et Clémence tiennent la boutique le lundi après-midi et du mardi au samedi de 10h à 19h non-stop !


“Bella Milla”, prêt-à-porter féminin

31, boulevard de la République

Tatiana Azni est une jeune femme de son temps, fan de réseaux sociaux et de mode. Mais pas seulement. À 25 ans, la tête bien cintrée sur les épaules, elle vient d’ouvrir sa boutique de vêtements féminins à Villeneuve-sur-Lot, la ville qui l’a vue naître. Cette création est l’aboutissement d’un parcours professionnel actif, puisque Tatiana possède un CAP esthétique et une formation d’aide-soignante à domicile, profession qu’elle a exercé pendant deux ans. Puis le confinement est passé par là. L’occasion de penser autrement son avenir. Et c’est dans la mode qu’elle se projette. L’ouverture d’une boutique en ligne de vêtements sur Instagram lui génère rapidement plus de 1400 followers. L’idée s’esquisse alors de leur proposer un showroom, dans un petit magasin qui lui ressemble, très cocooning, d’or et taupe paré. Et c’est là, juste en face de la mairie, devant le grand parking, qu’elle vient de concrétiser son rêve, accompagnée de sa maman Stéphanie Valadié qui a choisi de la suivre dans l’aventure.
« Je ne vise pas les marques, mais la mode. Tout ce qui se fait en 2021 et qu’on trouve sur les réseaux, on peut le trouver chez Belle Milla » assure-t-elle. Robes, jupes, pantalons, vestes, chemises, bodies, bijoux, sacs, chaussures, en collection ado, jeune fille et femme : tout est branché… et accessible. Car le crédo du duo est de ne rien proposer au-dessus de 30€. Bella vita per Bella Milla !

Bella Milla est ouvert tous les après-midis, du lundi au samedi de 14h à 19h jusqu’au 2 septembre.
À compter du 3/09, ouverture aussi en matinée de 10h à 12h.
Instagram : bellamilla_ / 07 74 64 97 59


“Chaud pain”, boulangerie… littéraire

13, rue Sainte-Catherine

Nathaël Béthencourt aurait pu être écrivain ou musicien. Il a choisi d’être boulanger. À 33 ans, il vient d’installer son fournil dans sa Villeneuve natale, sur le parvis de l’église Sainte-Catherine, tout un symbole pour celui qui affirme que son pain a une âme.
Dans sa boulange, l’odeur du pain rond et généreux titille immédiatement les narines, notamment celle de son « Prestige », mariage heureux de la farine bio blanche, d’épautre et de seigle du moulin de Bidou, avec un levain fait maison. Puis ce sont les notes de musique classique, une autre de ses passions, qui vous flattent l’ouïe, avant que l’œil ne soit attiré au mur par des rangées de dizaines de livres, les siens, à lire, à dévorer sur place ou à emprunter. Philo, psycho, romans, poésie, livres de cuisine… un peu de lui, en partage.  
Car Nathaël prône l’échange, la découverte. Un héritage qu’il tient sans doute de l’union compagnonnique boulangère qu’il a suivie pendant deux ans, avant de partir faire son tour de France « en renard » comme on dit chez les compagnons : un pèlerinage aventureux et amoureux qui l’a amené à exercer son métier d’artisan au pied des Pyrénées, en méditerranée et même dans la capitale, avant de revenir sur les terres de son enfance.
C’est là qu’il a installé son atelier, où il pétrit sa pâte à la main, façonne et cuit ses miches dorées et croustillantes qui, depuis l’ouverture, s’envolent… comme des petits pains.  
Pour savourer l’instant et permettre au temps de suspendre son vol, le boulanger-poète propose également thé et café à toute heure de la journée.
Dernier détail : si la pose d’une enseigne n’est pas une priorité, Nathaël a décidé de baptiser son commerce « Chaud pain », clin d’œil à son art et à la musique classique qu’il chérit tant.

Chaud Pain est ouvert du mardi au samedi de 8h à 12h30 et de 16h à 18h30.
13, rue Sainte-Catherine (dans l’ancien coffee-shop, sur le parvis) – 06 86 86 13 82


Le Resto d’Alep

32, rue de Casseneuil

Encore une belle histoire. C’est celle de Mohamed Hassan, syrien d’origine et cadre commercial dans une grande enseigne française de distribution. Au fil de ses mutations professionnelles, il découvre Villeneuve, et c’est le coup de foudre. Il en repart, mais la Bastide est ancrée dans son cœur. Il rencontre alors Adrien Borrely, technicien SAV pour la même société à Bordeaux, et par ailleurs titulaire d’un CAP Cuisine. Cette amitié professionnelle se poursuit, malgré le chômage technique imposé par les deux crises sanitaires. L’idée germe alors de s’associer dans un projet de restaurant, et c’est bien entendu Villeneuve qui s’impose comme une évidence.  
Ce restaurant, ils l’ouvrent au numéro 32 de la rue de Casseneuil. Et le concept est double. Proposer, bien entendu, de la cuisine du Moyen-Orient, aux influences syriennes, turques et grecques. Inspiré par sa mère, dont il tient l’amour des grands plats familiaux et généreux, Mohamed sera à la confection des kebbeh et autres baba ghanouj de son enfance, parfumés et peu épicés. La carte fera la part belle aux légumes du soleil, le végétal étant présent à 80% dans les plats.
Mais les deux associés sont aussi des militants. Leur combat : la lutte contre le gaspillage alimentaire. Leur envie : favoriser l’accès de tous à une nourriture saine. Pour cela, ils s’apprêtent à travailler en circuit court avec des producteurs locaux et à récupérer les invendus pour proposer, chaque midi de la semaine, un plat du jour à 4,90€. « Nous voulons offrir un repas digne et sain à moindre coût » assurent-ils. Une conviction qu’ils ont aussi déclinée dans la déco : du beau, mais de récup’.

Le resto d’Alep, qui fait aussi de l’emporté, sera ouvert du mardi au dimanche.
Facebook : RESTO D’ALEP – 06 31 13 35 57 – 06 24 16 88 96


Le Temps d’un Instant, institut de beauté

31 rue de la Fraternité

Le Temps d’un Instant, c’est tout Steffy Bouvot : un lieu apaisant, lumineux, harmonieux. Un univers naturel qui colle à cette jeune femme de 26 ans qui a choisi d’ancrer son destin professionnel ici, dans la Bastide qui l’a vue naître et grandir. Un destin qui aurait pu basculer quand, toute fraîche diplômée en esthétique, Steffy est victime d’un grave accident de voiture. Elle se retrouve immobilisée pendant un an, cervicales brisées. Il en aurait fallu bien plus pour l’arrêter. Elle profite de ce repos forcé pour se recentrer sur l’essentiel et enchaîne les formations. À force d’obstination et de courage, elle trace son chemin qui la conduit, aujourd’hui, à ouvrir son propre salon de beauté.  
Dans cet espace de 80 m2 paré de blanc, rose doux et bois flotté, elle propose toutes les prestations classiques : soins visage et corps, beauté des mains, des pieds et du regard, épilation et vernis semi permanent, avec deux spacieuses cabines dédiées et un bar à ongles. Sous peu, dès ses dernières formations validées, elle ajoutera à sa panoplie l’extension de cils et le « brow lift » pour les sourcils.
Bon à savoir : ce salon 100% féminin est aussi 100% bio.

Ouvert sur rendez-vous, du lundi au samedi (sauf mercredi) de 9h à 18h30.
06 18 15 72 18 - Instagram Le Temps d’un instant – Facebook Steffy Bouvot


L’Instant Thé, salon de thé

21, rue Sainte-Catherine

Celui-ci vient d’ouvrir sur le parvis de l’église Sainte-Catherine. À la manœuvre, deux visages bien connus de la restauration en centre-ville : la pétillante Marine Schmitt et l’enthousiaste Stéphane Raimbault, qui ouvrait il y a 30 ans, presque jour pour jour, le premier salon de thé de la Bastide. L’idée infusait depuis longtemps dans leur esprit ; il aura suffi d’une rencontre improbable, d’un « alignement des planètes » pour qu’ils se lancent dans ce nouveau challenge, en cœur de Bastide. Dans leur spacieux salon de thé lumineux, de style industriel et cosy, on trouve une grande variété de soft drinks : des thés chauds ou glacés « maison » à profusion, mais aussi cappuccino, latte macchiato ou encore smoothies, à savourer avec de grandes crêpes gourmandes -home made elles aussi-, crumbles, pannacotta et autres exquises pâtisseries.
À midi, les deux complices proposent également une petite restauration salée avec des salades composées, des quiches, tartes et omelettes : un service rapide, bon et raffiné. À savourer à l’intérieur, en terrasse, ou à emporter.
Bon à savoir : L’Instant Thé est le seul à proposer la marque « Le Palais des Thés », exclusive sur Villeneuve, à déguster sur place ou à acheter en vrac et en coffret.

Ouvert du mardi au samedi, de 9h à 19h, sur le parvis
05 53 72 13 27


Maison Hipstom, tailleur pour homme

13 rue de Casseneuil, à l’angle de la rue Parmentier

C’est une maison de couture 100% française et 100% villeneuvoise, installée en cœur de Bastide. À sa tête, Tom Paris, le créateur de l’inédit nœud Claudinet, entre cravate et nœud pap’, un modèle déposé qui lui a donné des ailes. Styliste né, hipster assumé, ce trentenaire peut s’enorgueillir d’être devenu maître tailleur, un métier en voie de disparition qui fait de lui le seul d’Aquitaine.

Dans sa boutique-atelier, on trouve tout l’univers de l’homme, en textile. Coton naturel, lin, soie, laine, les matériaux nobles se déclinent entre ses mains en tee-shirt, chemises, pantalons, vestes et nœuds, pour inventer la mode de demain. Dessin, création, fabrication sont effectués sur place, tout comme la customisation et la retouche.

À ses côtés, Tom peut compter sur sa mère, Claudine, ancienne styliste chez Dior et Chanel. C’est d’elle qu’il affirme tenir cette passion de la mode et ce savoir-faire impeccable, où l’art et l’artisanat se confondent pour donner naissance à des vêtements élégants, de qualité et sur-mesure.

Infatigable entrepreneur, Tom qui est aussi gérant de La Station 47 à Parasol, voit loin. Son souhait : former des jeunes, ici à Villeneuve, pour transmettre son métier et essaimer partout en France. Gageons que cette boutique ne sera que la première de sa débutante ascension.

www.hipstom.com - facebook Hipstomfrenchelegance – Instagram @maisonhipstom


Les Bohémiennes : prêt-à-porter et accessoires 

43, rue de Paris 

Les Bohémiennes à Villeneuve-sur-Lot
Bohème chic, joviale et décalée : c’est tout Cécile Chabrié. Ça tombe bien, c’est ainsi qu’on pourrait définir Les Bohémiennes, la toute nouvelle franchise qu’elle a choisi de représenter à Villeneuve. « Je sais, il faut être folle pour ouvrir une boutique en pleine crise sanitaire, eh bien je suis folle, folle de vie et de vente » lâche-t-elle dans un éclat de rire.  
Cécile Chabrié n’a rien d’une inconsciente, loin de là. À l’aube de ses 40 ans, elle est même plus déterminée que jamais. Vendeuse puis gérante de plusieurs magasins de prêt-à-porter dans le cœur de Bastide, c’est elle qui avait repris Z il y a trois ans. À la fermeture définitive de l’enseigne pour enfants en janvier, elle a rebondi sans attendre. Désireuse de revenir vers la mode femme, elle a un coup de cœur pour Les Bohémiennes, une franchise née au Pays Basque il y a un an et demi.  
« C’est branché, fantaisiste, rigolo, avec toujours un coup d’avance, pour toutes les tailles et tous les budgets » assure la Villeneuvoise. Elle rouvre donc ses 70m2 de boutique à deux pas de la tour de Paris pour accueillir vêtements, bijoux, chapeaux et quelques chaussures. « Je suis sur un concept mode différent, complémentaire pas concurrent » explique celle qui se définit comme « une partisane du centre-ville. J’y habite, j’y consomme, j’y travaille… j’y crois ! ». 
Et pour toutes celles qui y croient aussi et veulent découvrir cet univers coloré, un brin gipsy et éminemment féminin, rendez-vous en centre-ville : la boutique ouvre ce samedi 6 mars, à 9h30 ! 

43, rue de Paris (ancien magasin Z) 
Ouvert le lundi de 14h à 18h, du mardi au samedi de 9h30 à 12h et de 14h au couvre-feu…


Original’s burger, restauration à emporter

Burgers maison, pizzas, mais aussi petits plats chauds de saison, c’est ce que propose Olivier Chasle dans son commerce situé au 178, avenue du général de Gaulle. Un pied dans la halle d’Eysses pour être près des matières premières et une fenêtre sur rue, pour mieux servir sa clientèle : voilà pour le local.Le concept, lui, c’est le snacking à emporter. Une formule qu’il maîtrise depuis deux décennies. Car Olivier Chasle n’est pas un débutant en la matière, loin de là. Il compte même parmi les plus jeunes entrepreneurs de la Bastide puisque c’est à l’âge de 21 ans, nous sommes alors en 1999, qu’il crée son premier commerce, un kiosque à pizzas sur l’avenue d’Agen. Six ans plus tard, ce Villeneuvois de père en fils, quitte son fief pour la Suisse. L’aventure y durera 11 années pendant lesquelles il tiendra son propre resto-snacking dans une station de ski. Mais l’appel de sa terre natale sera le plus fort. En 2015, il rentre au pays, se réinstalle à Villeneuve avec femme et enfants, et monte un nouveau kiosque, avenue de Fumel cette fois. L’aventure tourne court une nuit de 2019 : son local est totalement détruit. Mais parce que « la vie est un combat, il ne faut jamais se décourager », il se cherche un nouveau lieu, en dur cette fois. C’est donc au sein de la halle d’Eysses qu’il exerce désormais et concocte pizzas, burgers et plats chauds cuisinés maison, toujours à emporter : chili con carne, tartiflette, lasagnes et bientôt fondues helvètes au vrai gruyère suisse et vacherin fribourgeois. Pour faire apprécier ces saveurs venues des alpages transalpins, il fournit tout le kit : pain, ail, vin blanc et même caquelon.

Original’s burger est ouvert du mardi au samedi de 11h30 à 14h et de 18h à 21h30 (22h le week-end). 06 24 61 31 78 – Facebook


Freeman T. Porter, prêt-à-porter branché

40, rue de Paris
C’est nouveau et exclusif. La marque Freeman T. Porter s’implante à Villeneuve dans un magnifique magasin dédié rue de Paris. Comme dans toute belle histoire, il y a une femme là-dessous… Cette femme, c’est l’une des commerçantes les plus entreprenantes de la Bastide, Patricia González. Et ce que Patricia veut… Freeman ne saurait lui refuser. Car à la base, l’enseigne internationale créée par le styliste designer américano-germanique Erwin O. Licher, a vocation à travailler avec des boutiques multimarques. Rien qu’en France, elle compte 600 points de vente. Du coup, les boutiques en propre sont rares ; elles se comptent même sur les doigts d’une seule main. Celle de Villeneuve vient enrichir ce cercle très fermé. Warum ? « Parce qu’elle nous l’a demandé », résume dans un éclat de rire Christophe Burguet, directeur commercial France. « Nous venons parce que c’est elle, que nous connaissons ses boutiques* et son professionnalisme. Ça aurait pu être Paris, Bordeaux : ça sera Villeneuve-sur-Lot !».
Alors, on trouve quoi dans ce magasin féminin/masculin au look industriel, de bois et d’acier paré ? Une sacrée collection de Denim, du pantalon city en gabardine, à chevrons, prince de galle (n’oublions que Freeman, à la base, est un pantalonnier…), mais aussi des chemises, des pulls, jupes et robes, ceintures, manteaux… bref, de quoi adopter un look tendance et urbain. Et pour le conseil et le sourire, fiez-vous à Laurine, une vendeuse villeneuvoise qui compte déjà près de 15 ans d’expérience dans le prêt-à-porter et connaît tous les must have de la saison...
Au fait, la boutique a ouvert ce matin, vendredi 9 octobre. Courrez-y ! C’est au n°40 de la rue de Paris !

* Patricia González est aussi à la tête des boutiques DEVRED, Etam lingerie, Best Montain, La Fée Maraboutée, Madame a Dit et Burton à Villeneuve.


DSR PEINTURE & DÉCO

DSR PEINTURE et DÉCO à VilleneuveDavid Rézé, c’est le goût du travail bien fait. L’artisan dans ce que la fonction a de plus noble. Lui, son domaine, c’est la peinture. Ou plutôt c’était. Car après quinze années à son compte, un verdict médical implacable lui interdit de poursuivre cette activité très physique. A 38 ans, c’est le choc. Mais David Rézé a de la ressource. Avec la confiance d’une marque de peinture européenne réputée qui cherchait un revendeur officiel dans le Grand Villeneuvois, il se lance dans un nouveau défi. C’est ainsi qu’est né « DSR peinture & Déco », un magasin dédié à la peinture bien sûr, mais aussi aux revêtements sols et murs, aux accessoires et à l’outillage.
À Parasol, dans son local de 300 m², ouvert aussi bien au grand public qu’aux professionnels, David a su réussir sa reconversion. Il sait déjà pouvoir compter sur les artisans locaux et anciens collègues qui connaissent ses produits et se fournissent chez lui. Il a séduit également les décoratrices d’intérieur du territoire qui s’arrachent ses papiers-peints contemporains, et affectionnent son mur « mettre en couleurs » inédit.
Coup du sort : le magasin a ouvert quelques jours avant le confinement général ; David Rézé a néanmoins poursuivi son activité en proposant seulement la vente par drive. Aujourd’hui, il a toutes les cartes en main pour se remettre en route.
Son atout ? « C’est l’expérience professionnelle, le côté technique qui permet de bon conseil, le bon produit pour le bon support », résume-t-il.
Passeur de talent, David s’apprête à recruter un apprenti pour le former à ses méthodes et lui transmettre sa passion, toujours intacte, elle.

12, rue Henri Rol Tanguy, 05 53 41 92 58


PAND’OR ET PAILLETTES, esthétique et onglerie

PANDÂ’OR ET PAILLETTES, esthétique et onglerie à VilleneuveMarine Leclercq est de ces personnes opiniâtres, de celles qui osent rêver à un futur qui leur corresponde. Son destin de jeune femme de 30 ans, elle vient de le choisir en ouvrant son institut de beauté Onglerie, convaincue aujourd’hui d’être en accord avec elle-même. Parce qu’avant, Marine a longtemps cherché sa voie. Elle a débuté par la coiffure, fait un détour par la petite-enfance, passé un bac pro service à la personne puis obtenu un BTS tourisme. Un joli parcours pour cette Villeneuvoise au fort tempérament, féminine jusqu’aux bouts des ongles, à qui les expériences professionnelles laissaient pourtant cette sensation indicible de ne pas être en phase avec elle-même. Pas heureuse.
Encouragée par son entourage, qui la connaît mieux qu’elle-même, elle efface tout, et se lance dans un CAP esthétique doublé d’une formation de prothésiste ongulaire. C’est le déclic, l’évidence. Le confinement sera mis à profit pour déposer ses statuts, trouver un local, l’aménager et ouvrir enfin Pand’Or et Paillettes en début de mois. Là, elle dispose de trois espaces : l’un dédié aux massages et au bien-être, le deuxième réservé à l’épilation et le troisième, est voué à sa passion : l’onglerie. Création de faux ongles avec différentes techniques, nail art, décoration sur ongle, vernis semi-permanent, manucure et pédicure… elle est dans son élément. Et enfin heureuse.

Pand’Or et paillettes, 1, rue de Courtade (1er étage). Parking au rez-de-chaussée.07 80 96 89 66


MOA, bijoux & accessoires

MOA, bijoux et accessoires à Villeneuve-sur-LotC’est une boutique de filles, pour les filles… et ceux qui les aiment ! A la tête de ce concept store innovant et inédit à Villeneuve : Estelle Blanc ; un visage souriant qui sera familier aux shoppeuses du centre-ville puisqu’elle a exercé à Camaïeu avant de prendre la responsabilité de Promod pendant cinq ans. Aujourd’hui, elle change de trottoir mais pas de rue, car c’est au 31 de la rue de Paris qu’elle s’apprête à ouvrir sa propre affaire, sous la franchise MOA.
Enthousiaste et passionnée, Estelle avoue être une « access’ fashion addict ». Elle sera donc parfaitement dans son élément au milieu des bijoux tendance, lunettes de soleil, chapeaux, porte-monnaie, chaussures, sacs, pochettes, pensés pour toutes les occasions et pour tous les âges puisque sa boutique compte aussi un « mini-Moa » réservé aux petites filles…
Dans cette nouvelle aventure, Estelle s’est entourée d’une vendeuse, Sophia, qu’elle vient de recruter en CDI. Et parce qu’elle connaît bien Villeneuve et son potentiel, sa boutique sera ouverte entre midi et deux !

MOA, 31 rue de Paris. Ouvert du lundi après-midi au samedi, non-stop.


LE DIX : burgers, tartines & Co

LE DIX : burgers, tartines - VilleneuveCes deux-là ont la vaillance et l’esprit d’entreprendre chevillés au corps. Estelle Peyssonnel et Thomas Gonzalbez, 27 et 28 ans, viennent de créer Le Dix dans la rue de Paris. Dix, comme 10 ans de vie commune, dix comme 10 ans de métiers entrecoupés de formations. Autant d’expériences qui les ont amenés de Lyon à Villeneuve pour monter un chaleureux « fast good ». Quèsaco ? Une sorte de « good fast food », à l’opposé de la malbouffe, entendez : vite mais sain, simple mais bon et tout fait maison. En clair, un resto rapide et salon de thé, sur place ou à emporter.
Thomas, cuisinier dans un domaine pendant quatre ans, y propose des burgers dont le pain est fait sur place, tout comme les sauces, mais aussi des tartines garnies, des salades façon poke bowl et même des frites maison. Les produits sont achetés dans le Grand Villeneuvois : viande, fruits, légumes, fromages du Temple, tout doit être local et de saison pour ces jeunes parents soucieux de bien-être et de qualité.
Du mardi au samedi, de 8h30 à 18h pour commencer, Le Dix proposera aussi des jus de fruits frais, milk-shakes, thé et café qui accompagneront muffins, brownies et autres cookies « home made, with love ».
À vos marques : Le Dix ouvre mardi 25 septembre!

Le Dix, 30 rue de Paris. Click and collect.



Dernière modification : mercredi 24 novembre 2021

Vie économique